art.icle

TURBULENCES

par Tamara Attia
Mai 21, 2020

Cela fait maintenant un mois que ma toile dort dans le lit que je lui ai préparé sur la moquette. Je l’entends parfois gémir lorsque je passe près d’elle sans prendre la peine de la regarder. Elle fait des cauchemars, confinée dans cet état incertain, confus; chaotique résultat de l’incomplétude dans laquelle je l’ai laissée. Aujourd’hui, je suis à Paris. J’ai complété un voyage à Barcelone et à Naples. J’attends de fêter mon anniversaire au soleil, sur les belles plages de Nice. Je fais des cauchemars. Mes pensées oscillent entre le plein et le vide, déconcertée par le tremblement de la tranquillité dans laquelle j’étais plongée. Ma toile me fait des appels au secours, mais j’en suis l’antagoniste, n’arrive qu’à la noyer de vieil acrylique, sec et dur. Bleue mélancolie. Aujourd’hui, je suis à Montréal. Cette phrase est une trappe, me cause un blocage imminent. Ma toile est un prolongement de moi-même. Je ne peux la sauver.

Mirror
© 2020 Musée Nomade ConnectArt